Vous lisez : Courtage en ligne : le petit guide de l'investisseur autonome
  1. Préciser vos objectifs et votre horizon de placement

    Dans un premier temps, il est essentiel d’entamer un processus d’autoréflexion afin de vous fixer des cibles financières claires à atteindre en fonction de vos objectifs. Ainsi, vous serez en mesure de déterminer votre profil d’investisseur de même que votre stratégie de placement. Pour y arriver, vous devrez vous poser les questions qui suivent.

    À la base de votre désir de prendre le contrôle de vos finances, vous voulez réaliser de petits ou de grands projets grâce au fruit de votre labeur. Souhaitez-vous les concrétiser à long terme ou à court terme? Peut-être désirez-vous économiser pour faire le voyage de vos rêves dans quelques années, accumuler des fonds pour payer les études de vos enfants, préparer votre retraite prévue d’ici 15 à 20 ans ou accroître votre rythme de vie?

  2. Déterminer votre profil d’investisseur

    Un jour, le philosophe Arthur Schopenhauer a dit : « Le monde dans lequel on vit dépend de la façon de le concevoir. » Cela veut dire qu’il n’y a pas de bon ni de mauvais profil d’investisseur. Chacun a sa propre façon de voir les choses et de réagir face à diverses situations, ce qui influencera ses choix en matière d’investissement.

    La première chose à faire consiste donc à évaluer votre tolérance au risque, qui représente votre capacité à vivre avec les fortes fluctuations boursières. Par exemple, êtes-vous du genre à vendre vos placements lorsque leurs prix reculent ou avez-vous plutôt tendance à demeurer investi en gardant la tête froide?

    Bien qu’il soit reconnu qu’il existe une relation directe entre le potentiel de rendement d’un placement et son niveau de risque, vous devez être à l’aise avec les actifs détenus en portefeuille. En effet, si le comportement de votre portefeuille vous cause de l’anxiété jusqu’à vous empêcher de dormir, il serait bon de reconsidérer votre stratégie de placement.

  3. Bâtir votre stratégie de placement

    Plusieurs s’imaginent que l’investissement autonome est une activité qui consiste uniquement à acheter et à vendre fréquemment des actions dans le but de s’enrichir rapidement. C’est pourtant possible d’investir autrement.

    Sachez que l’investissement autonome peut aussi être utilisé dans une perspective à plus long terme. Pour ce faire, votre défi est de déterminer la manière dont vous ferez fructifier votre argent. Peu importe la stratégie de placement employée, que ce soit par la détention d’actions ou de fonds négociés en Bourse ou d’investissements sur le marché européen par rapport au marché asiatique, il est crucial de recourir à la diversification, soit le principe de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier.

    Finalement, il va sans dire que votre stratégie de placement dictera la sélection de vos produits d’investissement. Une bonne connaissance de ces derniers s’impose pour vous permettre de tirer votre épingle du jeu. Par exemple, si vous cherchez à prendre davantage de risques, vous privilégierez alors un fonds d’actions à petite capitalisation plutôt que de miser sur un fonds d’actions à grande capitalisation.

  4. Astuces pour devenir investisseur automne

    À première vue, l’investissement autonome semble facile puisque les barrières à l’entrée sont relativement abordables (l’achat d’un ordinateur ou d’un téléphone intelligent, l’accès à Internet, les frais de transaction) et que la formation requise est accessible et peu coûteuse. Mais détrompez-vous : le placement de vos économies n’est pas une chose à prendre à la légère. Voici quatre conseils pour guider vos décisions :

    1. Gérer ses émotions

      En tant qu’investisseur autonome, connaissez-vous votre pire ennemi?

      Ne cherchez pas trop loin. C’est vous-même.

      Voilà pourquoi il est primordial de gérer vos émotions, surtout lorsque les marchés financiers sont sous pression. La clé de la réussite consiste alors à diminuer le risque de prise de décisions impulsives, comme liquider votre portefeuille à la suite d’une baisse généralisée des cours boursiers. Étant donné le biais haussier des marchés, ce type de décision pourrait nuire considérablement à vos perspectives de rendement à long terme.

    2. Se méfier des conseils d’«experts »

      De nombreuses personnes de votre entourage ont fait de bons coups à la Bourse? C’est probablement une question de chance. Étant donné que personne ne peut prédire avec exactitude et régularité la direction des marchés boursiers, prenez garde aux recommandations des soi-disant experts, des témoignages sur les réseaux sociaux ou encore d’amis qui prétendent posséder des astuces gagnantes.

    3. Utiliser les ressources à votre disposition

      Nous vous invitons à consulter des plateformes ou à utiliser les applications spécialisées dans le domaine du courtage en ligne comme celle de Desjardins Courtage en ligne et Disnat; celles-ci pourront vous aider dans la gestion de vos placements. Vous profiterez ainsi des différents services de soutien technique ainsi que des outils d’analyse fort utiles pour avoir confiance dans votre exécution. Disnat offre également 250 formations gratuites en ligne! Nous vous encourageons donc à profiter pleinement de ces ressources pour augmenter vos chances de réussite. Qui sait, vous pourriez peut-être devenir un investisseur autonome à temps plein!

    4. Faire preuve de discipline

      Il n’y a pas de recette miracle en investissement : vous devez investir du temps et de l’énergie en restant à l’affût de l’actualité boursière, économique et financière. Heureusement, il est possible d’obtenir ce type d’information par l’intermédiaire d’une firme de courtage en ligne.

      À la lumière de ce qui précède, vous savez maintenant que l’investissement autonome requiert de la réflexion, de la préparation, de la résilience émotionnelle, du temps et des efforts soutenus. Avant d’entreprendre des démarches, informez-vous à l’aide d’une plateforme de courtage en ligne!

Ajouté à votre librairie Retiré de votre librairie